Tragédie au Heysel Stadium (29 Mai 1985)

Ce mercredi soir, plus de 60 000 personnes doivent assister à la finale dans l’enceinte du stade du Heysel. Les conditions de sécurité et de confort sont inexistantes, et en raison de nombreuses failles dans le système de contrôle, plusieurs milliers de fans sans billets ont transformé l’enceinte en boîte de sardine.
La tribune des fans des Reds est séparée du fameux Bloc Z par un no man’s land d’une quinzaine de mètres. Vers 19h10, plus d’une heure avant le début programmé de la rencontre, la tension entre supporters des deux clubs monte d’un cran, se traduisant d’abord par des insultes et des jets d’objets divers. Des fans de Liverpool chargent en direction des gradins du bloc Z, qui devaient être occupé par des Belges neutres mais où se trouvent de nombreux tifosi italiens. Quelques gendarmes postés dans un couloir de séparation entre les deux groupes sont rapidement débordés. L’essentiel des forces de l’ordre belges se trouve alors à l’extérieur du stade, mais les incidents furent insignifiants en ville.
Vers 19h20, une centaine d’Anglais envahissent la tribune des Italiens. C’est une prise de tribune, typique de la culture hooligan. Sous la poussée, les Italo-Belges qui n’ont pas l’habitude de ces pratiques réservées jusque là aux îles britanniques reculent et se replient vers l’autre extrémité de la tribune, causant une bousculade. En bas des gradins, des portes donnant accès à la pelouse sont fermées. Les forces de police présentes sur la pelouse repoussent même des spectateurs qui tentent de fuir par la pelouse. Le piège est en place. Les grilles de séparation et un muret s’effondrent. Des dizaines de personnes sont piétinées et le bilan est lourd : 39 morts au total dont 34 Italiens, 2 Belges, 2 Français et un Irlandais.


Les tifosi de la Juve, Fighters en tête, qui suivent les évènements depuis la tribune opposée, tentent alors d’envahir le terrain afin d’aller en découdre avec les fans anglais. Pas franchement pacifiques, ces Ultras avaient apposé une bâche géante le long des grillage « Reds = Animals ». La police belge intervient et évite de peu l’affrontement direct. Un fan italien exhibe même un pistolet et le pointe en direction des policiers belges. Les télévisions de l’Europe entière diffusent ces images en direct. Elles ont un impact considérable, même si les décryptages qui en sont faits sont souvent erronés. La Télévision Suisse Romande avait une équipe de tournage au cœur de l’action.
Vers 21h30, les capitaines des deux formations lancent un appel au calme. Quelques minutes plus tard, les deux équipes entrent sur le terrain. Selon l’UEFA, un report du match aurait risqué de raviver la violence. La Juventus l’emportera sur le score d’un but à zéro, marqué par Michel Platini sur penalty accordé pour une faute commise sur Zbigniew Boniek quelques cinq mètres au-dehors de la surface de réparation, ce qui donna la sensation que le match suivait une espèce de « scénario » pour éviter la prolongation.
Depuis le stade du Heysel a été rénové et rebaptisé stade Roi-Baudouin.

La justice belge condamna lourdement les autorités responsables d’avoir autorisé la tenue d’un match dans une enceinte vétuste. L’UEFA met dans la foulée en place toute une batterie de normes strictes avec obligation des places assises et interdit pendant 6 ans tous les clubs anglais de participation en Coupes d’Europe (la durée sera finalement prolongée à 5 ans après de nouveaux incidents impliquants des supporters anglais lors de l’Euro 88 en Allemagne). Liverpool est interdit de Coupe d’Europe pendant 10 ans, peine finalement réduite à 7 ans. Il faudra toutefois attendre la tragédie de Hillsborough en 1989 pour voir la mise en place en Angleterre d’une politique cohérente au niveau de la sécurité et du confort des spectateurs. En France, c’est le drame de Furiani (1992) qui pousse la Ligue à rendre les places assises obligatoires. En Italie, le problème n’a jamais vraiment été traité, et les stades italiens figurent aujourd’hui parmi les moins sûrs d’Europe.

Publicités